Le couple quand on a des enfants…

Aaaah, le couple quand on devient parent, vaste sujet ! J’ai longtemps hésité avant d’en parler ici. Le couple, c’est l’intimité à l’état pur. Même si je parle de mon rôle de maman sans aucun complexe – dans le sens où je n’ai aucun tabou hein !, parler de mon couple est plus compliqué pour moi. Déjà, parce que, comme son nom l’indique, être en couple, c’est être à deux. Je respecte l’intimité de Romain, mon conjoint. Et par respect pour lui, je ne divulgue quasiment rien de ma vie de couple. Cependant, je fais une petite exception pour l’article d’aujourd’hui en vous parlant de ma vision du couple quand on devient parents…

arrivée-enfant-bébé-couple-conseils-article-blog

Sans rentrer dans les détails, Romain et moi, ça fait 13 ans que nous sommes ensemble. Je l’ai rencontré à 17 ans et lui avait 19 ans, presque 20. J’étais encore lycéenne et lui était étudiant. On s’est rencontrés sur internet. Pas d’amitié mais un amour fort d’emblée. Après avoir obtenu mon bac, alors que ça faisait un peu plus d’un an que nous étions ensemble, j’ai tout quitté, famille et amis, pour m’installer à Paris avec lui et faire mes études de Lettres à la Sorbonne. A 18 ans et 6 mois, je m’installais en couple dans notre petit studio pour mener la vie dont j’avais toujours rêvé. Même si cette vie de jeune étudiante et active n’a pas du tout été de tout repos, on a savouré, Romain et moi, cette liberté acquise très jeune, loin de l’autorité parentale.

La stabilité avant tout !

Avoir des enfants n’a jamais été dans nos projets, en tout cas dans l’immédiat. Même si je sais que Romain aurait assumé son rôle de père, et moi de mère, on préférait se laisser le temps et surtout acquérir une situation financière et matérielle stable. Pendant dix ans, nous avons fait notre route ensemble. Je considère même que nous avons grandi ensemble. On a tout traversé ensemble, nous avons connu comme tous les couples des hauts et des bas. En tout cas, on a toujours fait face ensemble. Et c’est en 2015, alors que nous étions propriétaires de notre 3 pièces en région parisienne, moi avec un bon poste, stable et lui en reconversion professionnelle, que Romain a évoqué l’envie d’avoir un enfant. De mon côté, je commençais à sentir cette envie montée en moi mais j’avais peur. Peur de ne pas réussir à tomber enceinte, peur d’en faire une obsession, peur d’accoucher, peur de devenir maman. J’ai donc mis cette envie de côté. Et c’est Romain qui a remis la question des enfants sur le devant de la scène.

Quand l’envie de fonder une famille est là…

Après en avoir discuté, nous avons fait un constat commun: notre couple était épanoui, il nous manquait un petit être pour faire de nous une vraie famille. J’ai donc arrêté ma pilule et au bout de 6 mois, notre petit garçon s’est alors installé. Pendant ma première grossesse, même si j’étais horriblement malade, je me sentais bien et épanouie dans ce rôle de mum-to-be. Romain étant à la maison, on a pu préparer l’arrivée d’Estao sereinement. Puis, il est né et même si nous étions très fatigués, on a su trouver un équilibre, une routine qui a fait que nous gérions à merveille nos rôles de parents. On ne s’en rendait alors pas compte: nous avions oublié à quel point on était fusionnels et que nous n’étions pas que des parents. Sauf qu’être le meilleur des papas et la meilleure des mamans pour notre bonhomme nous suffisait amplement à l’époque.

Le piège !

On ne se rendait pas compte que les moments à 2 étaient devenus très très rares. On s’écroulait de fatigue le soir sans même s’être embrassé dans la journée ! Chose qui était impensable auparavant. Mais ça nous allait, on était heureux, à 3. Puis très vite, nous avons souhaité avoir un deuxième enfant. Romain a repris une activité professionnelle très prenante. J’étais donc à la maison, seule, à m’occuper de mon lutin et enceinte jusqu’au cou. Comment vous dire que je suis rapidement tombée dans le cliché de la maman éprouvée et irritable qui n’avait qu’une hâte: voir rentrer le papa non pas pour passer un moment agréable avec lui mais se délester de son rôle de femme et maman au foyer. Cette période a été très difficile à vivre pour tout le monde. Je pensais qu’on allait revivre notre petite bulle de douceur qu’on avait connue quand j’étais enceinte d’Estao mais pas du tout. Le contexte avait changé, nous n’étions plus tout à fait les mêmes, Romain et moi.

Les disputes…

Elia est venue au monde mais rien n’avait vraiment changé. Pire, les disputes et les compétitions sont venues enrichir notre quotidien. A base de: « non, c’est ton tour de changer les couches ! », « Regarder un film, no way je suis beaucoup trop fatigué(e), je vais me coucher ! ». Bref, quand vous n’avez plus aucun passe-temps, aucun loisir de couple, vous vous enfermez dans une routine parentale très néfaste pour le couple. Vous êtes en mode « robot » et vous n’existez que pour vos enfants, devenus alors votre priorité. Et pire, lorsque vous vous en rendez compte c’est que les dégâts sont déjà là !

Avant de devenir parents, je m’étais posée la question. Mais je n’avais pas imaginé à quel point, Romain et moi, on tomberait facilement dans ce piège invisible. Ce n’est que dernièrement qu’on s’est aperçus que même si on aimait énormément nos enfants, il était vital qu’on s’accorde du temps rien que pour nous 2. Un restaurant, un cinéma, une ballade… il le fallait. Il fallait qu’on se retrouve en tant que couple et non en tant que parents. Ça a été très difficile de laisser les enfants à la babysitter dans un premier temps. On était accro à nos portables à attendre le sms qui nous annoncerait le pire: une chute, un étouffement, une crise de larmes… Spoiler alert: ce sms n’est jamais arrivé ahah ! Les petits adorent leur babysitter. C’est une professionnelle qui connait son métier et adore les enfants.

Cerner le problème.

Une fois qu’on a intégré cela, qu’on avait trouvé une personne de confiance pour garder nos petites prunelles, on a pu se détendre du slip et profiter ensemble, comme avant. C’est ainsi que nous avons décidé au moins 1 fois par mois de s’octroyer un moment ensemble. En soirée ou en journée, c’est notre moment à 2 pour souffler et profiter l’un de l’autre, en paix. Alors, si vous êtes jeunes parents ou que vous allez le devenir prochainement, faites attention à ce piège invisible, qu’on ne voit pas arriver mais qui nous tombe dessus sans prévenir. Je sais que ce n’est pas facile quand bébé est encore petit mais vraiment 1 heure de temps en temps, prenez là pour vous et pour votre couple. C’est le secret d’un couple qui dure, croyez moi ! 😉

Et vous les mamans, comment s’est passé l’arrivée de bébé dans votre couple ?

Des bisous ♥

Suivre:
Partager:

3 Commentaires

  1. 19 avril 2019 / 14 h 43 min

    Super témoignage qui peut aider plus d’un couple !
    C’est généralement un axe que je travaille avec les femmes enceintes que je reçois ou futur papa. L’arrivée d’un enfant va venir destabiliser l’équilibre et c’est normal. Il faudra du temps et des aménagements pour retrouver le confort de ce nouvel équilibre. Le couple va devoir être chouchouté ! Car le couple est le pilier de la famille ! Je suis heureuse de voir que vous avez su rebondir 🙂

    A bientôt,
    Line de https://la-parenthese-psy.com/

  2. 19 avril 2019 / 22 h 19 min

    L article qui tombe à pique bébé a deux mois et justement on est aussi en train de tomber dans le piège mais bon on le sait y a plus qu’à rectifier comme on peut.

  3. 29 avril 2019 / 23 h 39 min

    Coucou Julie,

    être parents n’est vraiment pas de tout repos et change beaucoup de choses. Il est clair qu’il est nécessaire de s’accorder du temps à deux. Même si au début ça peut être compliqué de laisser son enfant, ça reste très bénéfique pour tous le monde!

    Même si l’on s’accorde ces moments, je dois avouer que je me suis perdue en tant femme mais depuis plusieurs mois j’ai décidé de reprendre les choses en mains et de m’accorder du temps pour moi sans culpabiliser. Bon j’avoue que l’entrée à l’école de notre fille a facilité les choses et me permet vraiment de prendre du temps pour moi et ça fait du bien. Elle n’est qu’à mi-temps pour le moment et ça me va (je dois dire que je n’ai pas hâte à la rentrée de Septembre, mais ça c’est un autre sujet ^^).

    Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Vous recherchiez quelque chose?