Couper le cordon... Pour quoi faire ?

relation parents enfants

Je ne sais pas combien de fois j'ai entendu cette expression quand j'étais moi-même enfant. Fille unique, on n'avait de cesse de répéter à ma mère qu'il fallait à tout prix "couper le cordon". Puis, devenue adolescente, je n'avais qu'une hâte: "couper le cordon". Prendre mon indépendance. Et c'est ce que j'ai fait à 18 ans et quelques. Je sais à quel point ma mère l'a mal vécu. Pour elle, c'était encore (beaucoup) trop tôt. Moi ? Je m'en foutais. Je voulais vivre ma vie, ne plus rendre de comptes. "Je suis parti d'ici pour rencontrer la vie". A chaque fois que j'entends cette chanson, "Le Cœur Éléphant" des Fréro Delavega, je ne peux que m'y retrouver. Bref, l’égoïsme de la jeunesse dans toute sa splendeur.

Ensuite, j'ai eu mon fils. Et de nouveau, alors qu'il fêtera ses 5 mois le 18, j'entends cette expression qui me fait sortir de mes gonds: "couper le cordon". Si vous me suivez régulièrement ici, vous savez sans doute que j'ai préféré prendre un congé parental pour m'occuper à temps plein de mon fils. Sauf que ce dernier arrive bientôt à échéance. Dans quelques semaines, je devrais reprendre le chemin du travail et laisser mon fils à la crèche.  Je savais que ça allait être compliqué. Mais pas à ce point. Déjà, à la naissance, quand le papa a littéralement coupé le cordon et qu'on me l'a montré, j'ai fondu en larmes. J'étais physiquement et physiologiquement parlant séparée de mon fils. Ce qui m'avait lié à lui pendant ces 9 mois passés ensemble n'était plus. 

D'ailleurs, selon moi, la symbolique n'est pas anodine. Je comprends pourquoi on confie cette tâche, celle de "couper le cordon", au papa. Dès que mon fils est né, j'ai su que j'allais devoir le partager, que notre binôme allait se transformer en trio. C'est ce que j'ai toujours voulu en plus. Je ne veux pas être le stéréotype de cette mère possessive, limite hystérique. Non. Cela dit, c'est plus fort que moi, j'ai beaucoup de mal à m'éloigner de mon fils. C'est un instinct presque animal dont je n'arrive pas à me défaire. Alors, je me rassure en me disant qu'il va disparaitre en même temps que mon petit bonhomme grandira. On verra...

En attendant, dès qu'on prononce cette phrase: "Mais comment tu vas faire quand il sera à la crèche ? Pour son bien, tu devrais progressivement couper le cordon.", je monte sur mes grands chevaux telle une mère lionne qui défendrait ses petits. Qui a inventé cette expression d'ailleurs que je lui règle son compte ? Je n'ai AUCUNE envie de couper ce fichu cordon. Je veux rester dans ma petite bulle de maman avec mon fils. Juste mon fils et moi. Comme celle que j'ai eu la chance de vivre à la maternité, lui et moi, dans mon lit une place, tout contre moi. Je me souviens avoir éprouvé un bonheur intense et indescriptible tout en sachant que je devais le graver dans ma mémoire car, mes amies maman m'avaient prévenue, ce sentiment s'envole aussi vite qu'il est venu.

Mais, j'ai beau gravé chaque instant, chaque sourire, chaque petite moue, le temps file à une vitesse folle. Je sais que même si je retarde ce moment inévitable, celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom, il arrive bientôt, très bientôt. Et puis, peut-être que, comme je l'ai fait moi-même il y a des années, mon fils décidera de lui-même de couper le cordon... Mais pas maintenant mon chéri, Maman n'est pas encore prête.

Je t'aime mon petit bonhomme, plus que ma vie

Et vous les mamans, comment envisagez-vous la séparation avec votre bout de chou ?


Des bisous

Vous aimerez aussi...

6 petit(s) mot(s) doux

  1. c'est avec beaucoup d'émotions que j'ai lu ton texte. Je suis maman et enceinte. Ma fille vient de fêter ses 3 ans, mon dieu que ça passe vite.
    mais je comprends parfaitement ton ressenti. aller à la crèche, ce n'est ni une séparation, ni couper le cordon c'est juste s'ouvrir au monde et aux autres l'espace des quelques heures. chacun doit avoir un peu de temps pour soi et tout se passera bien.
    profite à fond.
    gros bisous

    RépondreSupprimer
  2. On ne coupe jamais le cordon...on ne fait que le rallonger un peu pour qu'il découvre la vie sans nous, mais le fil est toujours là ;o)

    RépondreSupprimer
  3. Coucou Julie,
    Magnifique article et je partage totalement ton point de vue. Qu'est-ce que ça peut bien leur faire qu'on "coupe le cordon" ou non, surtout à cet age là, de quoi ils se mêlent... D'ailleurs comme toi, je déteste cette expression. Elle ne veut rien dire et il faut laisser les choses se faire progressivement, naturellement et à son rythme. Le temps passe déjà assez vite alors il faut prendre le temps d'en profiter justement :)
    Gros bisous

    RépondreSupprimer
  4. Coucou. Très joli article, et je comprend ton ressentI. J'ai deux enfants et même si j'étais prête à reprendre le travail, ça fait toujours quelque chose de devoir les laisser, les premiers temps on se sent mal mais ce sentiment s'estompe quand on les récupère et qu'on voit qu'ils sont heureux d'être avec des copains et de faire des activités qu'on ne ferait pas à la maison.
    Pour ce qui est de couper le cordon, même si ce n'est qu'une expression, 5 mois c'est beaucoup trop tôt, un bébé a besoin de sa maman et une mère a besoin de ses enfants aussi, alors n'écoutent pas ce qu'on te dit et fait comme toi tu sens.
    Bisous
    Elé

    RépondreSupprimer
  5. Oh allez, courage ! La séparation est toujours difficile mais quand tu auras retrouvé un peu de liberté, tu verras que ce n'est pas si désagréable et surtout que ton fils ne t'en voudra pas et ne t'aimera pas moins :) Mais je te comprends, il y a 6 ans j'ai gardé Martin 9 mois à la maison avant de le confier à une nounou... Me séparer de lui avant était inconcevable et puis un jour, j'en ai eu marre et j'étais contente de le déposer le matin et de vivre un peu pour moi aussi :) Bizarrement, mon chéri n'a pas voulu couper le cordon (ça lui faisait peur... étrange) mais cela ne m'a pas dérangée, c'est son choix et je le respecte !). Et je crois que fondre en larmes après son accouchement est inévitable... Ah, ce fichu syndrome du ventre vide !

    RépondreSupprimer
  6. Finalement,c'est un peu la même chose que pour l allaitement.tout le monde a un ressenti et des envies différentes et l important est de s écouter. Moi j avais hâte de 'couper le cordon', j aime ma fille mais je suis loin d'être fusionnelle et j ai besoin de temps loin d elle pour mieux la retrouver ! La maternité en fait c'est souvent ça, s ecouter pour bien s aimer .

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, j'y répondrai avec plaisir !